Yann Legros – Millionnaire Musclé & Marketeur
  • eMMM sur Facebook
  • Regardez la chaine YouTube de eMMM
  • Regardez les épisodes eMMM PodCast iTunes

Qui est Yann Legros ?

L’histoire de Yann Legros

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, je ne suis PAS un sur-homme. Né avec ce don pour le marketing et la vente.

Je suis né un 24 septembre 1979. A Saint-Denis de la Réunion. Et je suis l’ainé d’une grande fratrie.

Je suis également le premier petit enfant de ma grand-mère paternelle. Elle avait 41 ans quand je suis né. J’étais un peu comme son fils.

D’ailleurs j’ai passé une partie de mon enfance avec elle. Ma mamie. Car mes parents travaillaient.

J’ai eu une enfance normale. Si on peut dire…A quelques différences près.

J’ai déménagé environ 18 fois. Je n’ose plus compter le nombre de déménagements. Et je dois vous avouer que j’ai les déménagements en horreur.

Entre le moment où je suis né et mes 11 ans. 10 déménagements.
Entre 11 ans et 19 ans. Juste 1 seul déménagement.
Entre 19 ans et 35 ans. 7 déménagements.

10 déménagements en 11 ans. Quasiment 1 par an.
Pourquoi?

Mes parents ont divorcé quand j’avais 9 ans. Ca a été un moment difficile à passer. Car à 9 ans, je me suis retrouvé propulsé au statut d’ « homme de la maison ». Et j’ai du prendre soin de mon frère de 6 ans. Et de ma soeur de 3 ans. Et de ma mère aussi. Vous l’avez compris, j’habitais avec ma mère.

Mais pourquoi autant de déménagements?
Mes parents ont tenté de se remettre ensemble. Puis se sont séparés plusieurs fois encore.

Et finalement, ma mère a commencé à refaire sa vie:
Déménagement par ici. Avec son nouveau copain.
Ca ne marche pas. Déménagement par la bas.
Déménagement par ici. Avec son nouveau nouveau copain.
Ca ne marche pas. Déménagement par la bas.

Et ça a été comme ça pendant de nombreuses années.

Pour faire court, 10 déménagements en 11 ans. J’ai finalement atterri dans le sud de l’ile. A l’age de 11 ans.

Ma mère n’a pas trouvé de relation stable. Et j’ai du prendre soin d’elle. De mon frère. Et de ma soeur. Pendant toutes ces années.

Du coup, je me suis renfermé sur moi même. Et je suis devenu timide. Et introverti. Ce qui ne m’a pas du tout desservi.

Ensuite, on est restés 8 ans au même endroit. Enfin une stabilité géographique
Ma mère a commencé à avoir une relation stable aussi.

Moi? J’étais toujours introverti. Renfermé sur moi même.
Ma prof de physique m’a même donné la mention « gentil touriste » sur mes appréciations pour le BAC. Tout ça pour vous dire que cet état d’esprit m’est resté pendant longtemps.

A 18 ans, après le BAC, j’avais essayé l’université dans le sud, proche de chez moi, qui ne me convenait pas.
A mes 19 ans, j’ai déménagé dans le nord de l’ile pour mes études. Pour une voie qui ne me convenait toujours pas.

Pour palier à mon manque de confiance en moi, j’ai décidé de me mettre un gros challenge: devenir animateur radio!

Ca s’est très bien déroulé pendant plusieurs années.
Finalement. Ca n’étais pas si difficile de vaincre cette faiblesse. Juste partiellement…

J’ai commencé à me trouver un vrai travail. En gardant la radio comme passe temps. Le week end.

Mon 1er boulot consistait à créer des bases de données. Par la gestion des chèques et remises de chèques pour toutes les banques de la Réunion.

Je rêvais de devenir développeur. Je le suis devenu. Mais avec un salaire de misère…

Quelques années plus tard: un pont en OR.
Un boulot 3 fois mieux payé. Mais pas de développement de logiciel. Par contre, des relations clients tous les jours. Et de la comptabilité.

J’ai sauté sur l’occasion. J’ai toujours rêvé de devenir expert comptable.
C’était un excellent boulot. J’avais un téléphone de fonction. Une voiture de fonction. Un salaire de rêve. Et je rencontrai du monde chaque jour. Ce qui me permettait de repousser ma timidité.

J’ai déménagé 3 fois entre temps. Pour finalement revenir dans le sud. Où j’ai construit ma maison en 2003. J’avais 23 ans.

En 2005, j’ai décidé de me mettre à mon compte. Le 1er mai 2005 exactement. Je faisais le même boulot que précédemment. Mais cette fois ci, avec de la compta. Et du développement. Wow les 2 boulots de mes rêves.

En gros, le logiciel de mon ancien patron dataient de mathusalem. J’ai décidé d’en faire une nouvelle version. Pour mon compte.

Les affaires marchaient bien. Très bien. Trop bien. Je faisais de l’ombre à mon ancien patron.

Et j’ai commencé à me prendre des procès. Procès sur procès. Pour concurrence déloyale.
J’ai même eu la visite d’huissier à la maison. Mon ancien patron à demandé à l’huissier de prendre tous mes ordinateurs pour vérifier que je n’avais pas volé les codes de son logiciel.

Evidemment, ils n’ont rien trouvé.
Pourquoi prendre des codes datant de mathusalem? Autant créer un nouveau logiciel tout frais.

A ce jour, je n’ai toujours pas récupéré ces 4 ordinateurs.

Plus les affaires marchaient, plus je bossais. 7 jours sur 7. 365 jours par an. Des horaires infernaux. De l’argent. Mais qui partait dans les frais d’avocat. Dans ces procès.

Et puis il y a eu ce gros clash.

Qui est réellement Yann Legros?

Depuis plus de 4 ans que je suis en Thailande, j’ai remarqué que les étrangers qui habitent ici ont tous une chose en commun. Une histoire qui les a poussé à partir de leur pays d’origine.

1 ami à fait banqueroute dans son pays, et a eu envie de changer de vie.
1 ami à fait de la prison pour pas grand chose, et a eu envie de changer de vie.
1 ami à perdu sa famille, et a eu envie de changer de vie.
1 ami est adopté, ne sais pas d’où il vient, et a eu envie de changer de vie.

Je vais vous raconter pourquoi j’ai eu envie de changer de vie.
J’ai eu ce gros clash. Je ne sais plus en quelle année.

Pourquoi?
C’est un moment dont je ne veux plus me rappeler.

Qu’est ce qu’il s’est passé?
Je me suis fait arnaquer.

Ma copine de l’époque (avec qui je n’étais plus) m’a arnaqué.
Je ne sais pas par quel moyen, elle a réussi à se trouver sur mon acte de propriété. Possédant 50% de mes biens. De ma maison.

Un jour, elle m’a demandé sa part de MES choses. 50% de ma maison. De ma société…
Impossible pour moi de sortir plus de 200 000€. Tout mon argent partait déjà chez les avocats.

Nouveau procès: il fallait que je trouve un moyen d’annuler cet acte! Et de récupérer ma part…

Des années de procédures. D’argent dépensé. Pour au final empirer la situation.

Plus ça allait, plus il fallait que je lui paye des choses. Comment faisait elle ça? Comment la justice, la loi pouvait me priver de mes biens? (J’ai eu ma réponse plus tard. Elle BAISAIT avec mes avocats, mes notaires, les juges…)

Impossible de se battre contre une bite affamée.

En 2009, n’en pouvant plus de ces horaires, j’ai décidé de changer d’orientation. J’habitait toujours ma maison. Ma nouvelle copine était enceinte.
Il fallait que je me dégage du temps. Pour en passer avec ma future fille. Et ne pas reproduire ce que j’ai vécu.

J’ai commencé à m’intéresser au marketing sur internet. Pensant travailler moins. Et gagner plus.
Au final. Je travaillais encore plus. Et je gagnais beaucoup moins.

Pourquoi?
Je me croyais plus malin que tout le monde. Je ne voulais que des solutions gratuites. J’ai perdu énormément de temps. Avant de me rendre compte qu’il fallait que je me forme.

Et j’ai acheté une formation à 2 500,00€. DE LA MERDE! Mais elle a su me mettre le pied à l’étrier. Et avoir suffisamment de haine. Pour vouloir rattraper cet argent perdu.
La suite est très longue à raconter. Mais s’en ai suivi beaucoup trop d’échecs. Pour finalement an arriver là où j’en suis.

Revenons à cette période impossible pour moi.

Résultat de tous ces procès?
J’AI TOUT PERDU.

J’ai perdu ma maison. Je n’ai rien récupéré de l’argent investi. J’ai du vendre la maison. Et la totalité de l’argent est parti pour cette garce. Pour les avocats. Pour la banque.

J’ai perdu mon boulot. J’ai fait ma reconversion sur internet. Et revendu ma société pour payer mes frais d’avocats.

J’ai perdu tout mon argent. J’ai vendu ma voiture et ma moto. J’ai vidé tous mes comptes pour payer le reste des frais.

Résultat? En 2010, a 30 ans, je suis aussi nu qu’un nouveau né. Aucune possession. Si ce n’est que quelques meubles.

J’avais la haine contre la vie. Et lors de la libération de ma maison, j’ai tout donné. J’ai donné tous mes meubles. Il faut croire que certaines personnes en avaient pus besoin que moi.

Il me restait ma copine. Ma princesse (Loïs).

J’ai déménagé chez les parents de ma copine pour quelques mois. Car entre temps, n’ayant plus rien, j’ai pris la décision de changer de vie. De fuir mes échecs ici.

Je voulais un nouveau départ. Et on a choisi la Thailande. Même si c’est un pays que ni elle, ni moi ne connaissions.

En octobre 2010, on a déménagé en Thailande.

Pourquoi Yann Legros vit en Thailande?

Quel changement radical de vie. Différent pays. Différent climat. Différente culture. Différente langue…

Arrivant ici avec quasiment aucun argent, je n’ai eu d’autre choix que de faire en sorte que mon travail me rapporte. VITE

Et j’ai remarqué, que c’est lorsqu’on n’a pas le choix, qu’on sort de sa zone de confort. Et que les choses se passent finalement comme on le souhaite.

J’ai commencé à gagner ma vie sur internet. Je pouvais commencer à subvenir aux besoins de ma copine, ma fille et de moi même. De ma famille. Et plus que tout, j’avais du temps. A passer avec ma fille.

J’ai passé des années géniales. J’ai fait beaucoup de découvertes.

Il faut dire que j’ai cet esprit aventurier. Je m’adapte plutôt facilement aux environnements. Ca venait sans doute du fait de mes nombreux déménagements.

Pour ma copine, c’était différent. Elle a toujours vécu au même endroit. Toute sa vie. Chez ses parents. Entouré de sa famille. De ses oncles et tantes.
Ca a été un gros changement pour elle. Trop gros sans doute. Car elle n’a pas su l’accueillir. Sa famille lui manquait trop.
Même si on allait à la Réunion au moins 2 fois par an.

Début 2012, elle n’en pouvait plus.
Elle voulait rentrer.
Je ne voulais pas.

Son bonheur était la bas.
Mon bonheur était ici.

On a fini par se séparer. D’un commun accord. Et elle est rentrée vivre à la Réunion. Avec ma princesse. Chez ses parents. Entourée de ses oncles et tantes.

Je suis resté ici. En Thailande. Seul. Sans ma fille.

J’avais un peu d’argent. Je vivais dans un pays où je m’épanouissait. J’avais du temps.
Mais je n’avais plus ma fille.

Alors j’ai commencé à reconstruire ma vie. A faire des rencontres. Et à me rendre compte que cette culture est VRAIMENT différente de la mienne.

Les filles ici ne rêvent que d’une chose: le mariage.
Il faut savoir qu’il y a environ 8 filles pour 1 homme en Thailande.
Elles veulent toutes avoir un mari qui prennent soin d’elle.

Quand je dis « prendre soin d’elle », c’est littéral. Elles veulent un mari qui paye TOUT pour elles. Pour leur mode de vie.
En revanche, elles prennent soin de vous, comme jamais personne n’a pris soin de vous.

J’ai eu du mal à me faire à cette culture.

Ma première rencontre a été un désastre. Une nana charmante. Thai. Qui veut la même chose que toutes les Thai. Un mec pour son style de vie.
Et ça m’a choqué. Je n’ai pas pu supporter le fait de devoir l’entretenir.
Je l’ai quitté. Et comme elle n’avait rien, je voulais lui donner un peu d’argent pour recommencer sa vie.

Avant que le taxi n’arrive pour la conduire à l’aéroport, je vais rapidement au distributeur automatique. Prendre quelques sous pour qu’elle puisse recommencer sa vie.
De retour à la maison, je lui donne de l’argent. Le taxi arrive. Elle prend ses affaire. Son chien. Et s’en va.

Ce n’est que quelques heures après son départ, que je me rend compte qu’elle m’a aussi pris mon argent de secours. Planqué. Que je garde pour les coups durs.

Ce n’était pas grand chose. Mais elle est quand même partie avec ce que j’avais.

Plutôt que de m’arrêter sur un échec, j’ai décidé de repartir. Et j’ai enchainé les aventures. J’ai revécu mon adolescence.
Mais j’ai toujours voulu la stabilité. Sans doute parce que je ne l’avais pas eu pendant mon enfance.

Alors j’ai commencé à rechercher une relation plus sérieuse. Qui me corresponde plus.

La rencontre de Yann Legros

Ca n’a pas été facile. Car beaucoup de Thaïlandaises ne parlent pas anglais. Et moi, je ne parle pas Thailandais.

Et puis, j’avais aussi beaucoup peur de ce que j’avais vu dans les reportages télé. De ce que j’avais lu sur internet.
J’avais peur de me faire arnaquer une nouvelle fois.

Car si on n’écoute ces médias:

  • les filles ici n’en veulent qu’à votre argent
  • les filles ici sont toutes des putes qui vendent leur corps
  • les filles ici vous arnaqueront toutes

Bien sur, qu’il y en a qui sont comme ça. Mais je peux vous assurer que depuis plus de 4 ans que je vis ici, tout ça est FAUX.

Les putes, c’est comme partout. On en retrouve dans tous les pays. Il faut arrêter de croire que la Thailande c’est le coin à putes.

Ce que j’ai compris au fil des années c’est que les Thaïlandais ont un rapport différent avec le sexe.
Chez nous, le sexe est TABOU. Et il ne faut pas en parler.
Chez eux, le sexe est une manière de s’exprimer. Un art de vivre.

C’est pour ça que le reste du monde considèrent les Thaïlandaises comme des filles faciles.
Elles ne le sont pas. Pour elles, faire l’amour le premier soir est chose normale.
Pour nous, on considère une fille comme ça comme une pute.

Je vous laisse libre de votre jugement la dessus. Mais gardez l’esprit ouvert.

Ma quête de relation sérieuse avec commencé.
J’ai rencontré un autre problème. Les Thaïlandais sont chauvins.

Pour eux, dans le monde, il y a 2 pays:

  • la Thailande,
  • et le reste du monde.

Ils sont incapables de situer la France, ou autre pays d’Europe sur une carte.
Pour eux, la meilleure est nourritures c’est la nourriture Thai. Pourquoi?
Car ils n’ont jamais voulu gouter à une autre nourriture.

Pour eux, le meilleur pays au monde, c’est la Thailande.
Pourquoi?
Car ils ne sont jamais allé dans un autre pays.

Bref, tout ce qui est fait est Thailande est meilleur. Tout ce qui vient de la Thailande est meilleur. Et tout ce qui vient d’ « ailleurs » est nul.

J’ai un peu du mal avec ce genre d’esprit étroit. Et je mettais rapidement de coté certaines filles que je découvrais.

Et il y au eu le 08 décembre 2012. J’ai fait la rencontre de กบ. Prononcé Kob, Gob, Gop… La traduction du thai au français n’est pas évidente.

Gob est une Thaïlandaise. Différente.
Elle est indépendante financièrement. Elle a déjà quitté la Thailande pour découvrir un autre pays. Elle ne mange pas que de la nourriture Thai.
Elle a l’esprit ouvert.

J’ai tout de suite accroché avec Gob. Elle a tout de suite accroché avec moi. On s’est vu de plus en plus régulièrement. On est allés en vacances ensemble. On a appris à se découvrir.

Bien sur, ça n’a pas été facile tous les jours. Car se sont 2 cultures totalement différentes. Ou alors c’est moi qui suis différent…
Mais le plus important, c’est qu’elle aussi est différente de toutes les autres Thai. Elle n’attend pas de moi que je subvienne à son style de vie. Elle est ouverte d’esprit. Elle mange même de la nourriture française. Et créole. Et elle adore ça.

Depuis ce 08 décembre 2012, Gob et moi sommes ensemble. Et j’ai une vie différente.
Beaucoup de joie. De bonheur. De rires. Et un lot avec moins de bonheur.

Loïs (ma princesse) et Gob s’adorent. Même si elles ne se comprennent pas encore totalement. Et ça, c’est une chose qui compte énormément pour moi.
Je ne concevrai pas une vie où ma fille et ma copine ne s’entendraient pas.

Mieux encore. Mon ex copine et Gob se parlent. C’est vraiment génial.

Je suis maintenant dans un pays que j’adore. Un pays où je m’épanouis. Je ne suis plus seul. Je suis avec une femme Thailandaise. Ouverte d’esprit. Qui contribue à mon bonheur. Et à ma réussite chaque jour.

Le jour où j’ai perdu mes meilleurs amis

Tout a commencé par une journée pluvieuse. A 2h30 du matin. Pour tout vous dire, je n’avais pas dormi la veille. En théorie, cette journée n’avait pas vraiment commencé.

Vers 2h30 du matin, tout le monde commençait à s’agiter. J’ai compris qu’il fallait que je m’y mette aussi.
Je devais être prêt pour 7h00. J’avais donc 4h30 pour me préparer. Certains diront que c’est beaucoup. Je vous dirait que non. Je n’ai pas vu le temps se dérouler.

La raison?
Beaucoup de bousculade. Une mauvaise organisation. Impossible de savoir à quelle heure je pourrai prendre une douche. Tant il y avait de monde qui se pressait devant la porte.
Finalement je suis prêt avant l’heure. Comme à mon habitude. Et j’attends mes amis.

Soucieux de leur confort dans un pays aux coutumes qu’ils ne connaissent pas. J’ai jugé bon de leur faire parvenir un chauffeur. Pour m’assurer qu’ils ne se perdent pas. Et qu’ils soient présent, à mes cotés pour cette journée. A l’heure prévue.

Cette journée? Elle était importante pour moi. Et vous comprendrez pourquoi en lisant les lignes qui suivent

En fait, la préparation de cette journée avait commencé depuis quelques mois. Ca a été un peu comme une course. Une course contre le temps. Ou plutôt un parcours.
Mais pas le parcours avec des fleurs qui vous partagent leurs plus belles senteurs. Plutôt le parcours du combatant de l’enfer.

Pourquoi?
J’habite dans un pays laxiste. La Thaïlande. C’est un pays où tout le monde dit oui. A tout. Même quand ils n’ont aucune notion de la faisabilité. Même quand ils n’ont pas compris la demande. Même quand ils savent qu’ils doivent dire non. Car il ne pourront jamais tenir leurs engagements.

Et c’est ce qu’ils ont naturellement fait avec moi. Pris des engagements qu’ils n’ont pas su tenir.

M’approchant de cette journée attendue, j’ai du vérifier que tout se déroulait comme prévu.
Bien évidemment, ce n’était pas le cas.

Moi qui suis d’un naturel sans stress, je me suis mis à stresser un peu. Beaucoup. Passionnément. A la folie!
Surtout que 15 jours avant la date fatidique, j’avais mon père et sa femme chez moi. Et ma fille de 5 ans. Qui me demandait plus d’attention que de raison.

J’ai pris naturellement la décision de donner mes priorités à la réussite de cette journée. Car beaucoup de personnes qui comptent pour moi ont fait le déplacement pour y assister.

Résultat?
J’ai perdu 5 kilos en moins de 15 jours.

Le jour je m’agitais dans tous les sens. Afin de trouver des partenaires soucieux d’un respect de leurs engagements.
La nuit, je ne dormais presque pas. Car ma fille était malade. Et avait le sommeil agité.

Au final?
J’ai réussi à faire en sorte que cette journée se passe du mieux que j’ai pu. Et j’étais fier de ce que j’ai pu accomplir en si peu de temps. Avec de si nombreux obstacles.

La matinée avait commencée comme prévu. A 7h00. La pluie avait cessé. Pour laisser place à une chaleur torride.
Pas de clim. Une tissu lourd et collant. Directement au contact de ma peau humide.
C’est comme ça que se sont déroulées les 5 premières heures de cette journée.

A l’heure du déjeuner, j’avais encore beaucoup de choses à gérer. Pour m’assurer que la fin de journée se déroule comme prévu.
Je n’ai pas eu le temps de déjeuner. D’ailleurs, il ne restait plus de nourriture pour moi. Car il y avait un peu plus de 1 000 personnes qui ont participé à ce déjeuner.

Après que tout le monde soit parti, avec mon chauffeur, afin de se reposer. Il fallait que je me rendre à l’emplacement où se déroulerait l’événement du soir.

Je ne sais toujours pas comment j’ai pu tenir le coup. Pas de petit déjeuner. Pas de déjeuner. Une nuit blanche. Une chaleur torride…C’était sans doute l’excitation du moment. Et mon engagement à toujours faire les choses correctement.

La préparation de l’événement du soir s’est terminée juste avant l’heure officielle. Ca m’a pris plus de temps que prévu.

Pourquoi?
Ces laxistes ne comprenaient toujours pas ce qu’ils étaient censé faire. Au moment où ils étaient censé le faire.

Mes amis sont arrivés à l’heure. Mon chauffeur avait pris soin de ce détail.
Et moi? J’étais prêt à les recevoir. Fatigué. Et motivé.

La soirée pouvait commencer. Je n’ai pas pu contenir mes émotions au moment de remercier amis et famille de leur présence. Fatigue et stress y ont contribué.

Finalement la soirée s’est terminée plus tôt que prévue. Même après avoir donné des recommandations pour que ce ne soit pas le cas. J’ai même été payer un forfait supplémentaire. Afin de faire durer la soirée plus longtemps. Naturellement ça n’a pas été le cas.

Chose importante:
J’ai pu enfin avaler un peu de nourriture.

Pour ma part, la soirée s’est presque déroulée comme je le souhaitais. Mis à part quelques grosses erreurs du staff.
Mais c’est le prix à payer quand on travaille avec des laxistes.

Ca faisait maintenant plus de 40 heures que je n’avais pas dormi. Comme moi, beaucoup de personnes étaient fatigués. Et avaient besoin de rentrer.

Mon chauffeur était déjà présent pour les ramener. Comment savait il que la soirée se terminerait à cette heure précise? C’est encore un mystère pour moi.
J’ai pu rentrer. Me reposer. Un peu. Afin de me lever tôt le lendemain matin. Pour rejoindre mes amis. Qui devaient repartir.

Le lendemain matin, c’est comme ci que je n’avais pas dormi. Moins de 5 heures de sommeil en 2 jours.

Ma priorité était de rejoindre mes amis. M’assurer qu’ils repartent bien. Et c’est ce que j’ai fait.

Voila pour ce qui est de mon point de vue. Un point de vue subjectif. Et je sais que j’ai pris les meilleures décisions. Parmi les choix que j’ai eu. Et que je referai sans doute la même chose. Si l’occasion se présentait de nouveau.

Pour ce qui est du point de vue de mes amis, tout m’a été reproché:

  • le temps: je n’en ai pas assez passé à leurs cotés
  • le confort du chauffeur: ils auraient préféré avoir une autre option
  • le confort de l’habitation
  • l’organisation de la journée
  • la fin prématurée de la soirée
  • le non confort du véhicule les ramenant. (Oui le chauffeur laxiste s’est trompé.)

Depuis ce jour, mes amis me méprisent. Et ne m’adressent plus la parole.

Ce jour c’était le 26 octobre 2014. Le jour de mon mariage. Le jour où j’ai perdu mes meilleurs amis. Qui étaient aussi mes témoins de mariage.

Comment j’ai TOUT perdu pour la seconde fois?

Avez vous déjà rencontré une personne différente? Une personne avec une immense énergie. Une personne qui vous inspire. Une personne qui vous guide. Une personne comme vous n’en avez jamais rencontré avant.

J’ai tout de suite accroché avec Jay. Un australien. De 1m90. Bâti comme un apollon. Avec un positivisme à toute épreuve.
Jay est rapidement devenu un ami. Un meilleur ami. Un mentor. Un guide spirituel. Un partenaire de fitness. (Je voulais qu’il m’apprenne à obtenir un corps comme le sien.) Un partenaire en affaire. Un témoin de mariage.

Jay a toujours été la plus honnête personne que je connaisse. Je pouvais ressentir son énergie juste en étant à ses cotés. Je passais la plupart de mon temps avec lui.
Petit déjeuner. Déjeuner. Diner. Sorties nocturnes. Balades en moto. Ciné. Ma copine de l’époque me charriait en disant que Jay était mon amant.

Jay était un ancien conseiller en investissement. Il avait bien réussi sa vie. L’argent coulait à flot pour lui.
Il fait même crée un fond d’investissement. A Hong Kong.
En analysant les rapports de ce fond, j’ai tout de suite été intéressé par les statistiques alléchantes.

Jay était un homme généreux. J’étais souvent son invité. Il insistait pour payer les repas.
Wow il est exactement la personne que je souhaite devenir.
Pour être comme lui, je devais faire comme lui.

Quand ma copine et moi nous sommes séparés, j’ai passé encore plus de temps avec Jay.

Un jour, Jay a fait une crise cardiaque. Comme j’étais à ses cotés à ce moment, j’ai pu faire le nécessaire pour l’emmener aux urgences à temps. Et le faire soigner.

Lui ai je sauvé la vie?
Je ne sais pas. J’ai fait ce que tout le monde aurait fait à ce moment. Ce sont les médecins qui lui ont sauvé la vie.

Plus tard, Jay a déménagé. Et habitait à 1 000 km de chez moi.
On ne se voyait plus aussi souvent. Mais on restait en contact.
Il venait de temps en temps chez moi pour bosser sur des projets. J’allais de temps en temps chez lui. Pour bosser sur des projets.

Un soir, Jay a eu un grave accident de moto. Et c’est naturellement que je suis allé à son chevet. A 1 000 km de chez moi. Pendant plusieurs jours.
C’est ce qu’un meilleur ami ferait pour son meilleur ami. Surtout que sa famille habite en Australie.

Jay n’avait pas d’assurance santé. Mais il pouvait quand même payer tous les frais médicaux. Cash.
L’argent n’était pas un problème pour Jay.

Je voulais devenir comme lui. Celui que ne se souciait pas de l’argent. Qui en aurait suffisamment. En abondance.
Pour être comme lui, je devais faire comme lui.

Et c’est naturellement que j’ai commencé à y investir une petite partie de mon capital dans son fond d’investissement. Et les retours étaient encore meilleurs que ceux que j’espéraient.
Les années durant, j’y ai investi de plus en plus d’argent. Jusqu’à briser la règle de ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Aucun risque. Car le capital est garanti!
Et je ne me suis pas trompé. L’argent se multipliait. Comme Jesus multipliait les pains (ou les poissons).
Plutôt que de retirer les intérêts générés, je les laissaient travailler. Pour générer encore plus d’intérêts.
Et j’ai commencé à avoir un capital important. Proche des objectifs que je m’étais fixés.

En commençant à gagner des sommes d’argent de plus en plus importantes, j’y ai investi de plus en plus. Pour arriver encore plus rapidement à mes objectifs. Jusqu’à me priver certains mois. Pour investir encore plus.

Dernièrement, ayant besoin d’un peu de capital pour divers investissements, je fais appel à Jay.
Jay est en vacances en Australie. Il est allé rejoindre sa fille.

Jay me répond que ce n’est pas possible pour le moment. Car le fond connait une grosse baisse. Ce qui n’est pas un soucis. Car ca arrive tout le temps. C’est lors des grandes baisses qu’on fait les plus gros bénéfices.

VRAI!
J’attends un peu. Et mon besoin se fait de plus en plus pressant. Surtout que la majorité de mes revenus sont automatiquement investis dans ce fond. (Mince j’ai oublié d’annuler le prélèvement de ce mois ci!)

Finalement, je décide de retirer mon capital initial. Et de ne laisser que les nombreux intérêts qui ont été générés.
J’appelle Jay. Lui demande. Jay me répond que ce n’est pas possible. J’insiste. Et Jay commence à changer de ton. A changer de personnalité.

Ce n’est plus le Jay que je connais. Ce n’est plus cette personne avec cette énergie envoutante.
Une discussion houleuse s’en suit. Et je commence à comprendre ce qui m’arrive… Il était trop tard pour réagir. J’avais déjà tout perdu.

Je n’ai jamais rencontré une personne comme Jay.
Jay est un ARNAQUEUR.

Aujourd’hui, pour la seconde fois, je suis nu comme un vers. Je viens de me faire tout prendre.

Est ce que cette fois est plus dure que la première fois? Je n’en sais rien. Les expériences sont juste différentes.

D’un coté, je me suis fait dévaliser par celle qui est partie avec mon coeur. Avec tout mon argent. Et les larmes de mon corps.
De l’autre coté, je me suis fait dévaliser par un meilleur ami. Celui qui a pris mon temps. Et tout mon argent.

Pourquoi je n’ai jamais été aussi proche de générer 1 000 000€?

Aujourd’hui, j’ai perdu mes meilleurs amis. Il me reste précisément 0 meilleur ami.
Aujourd’hui, j’ai perdu tout mon argent. Il me reste précisément 0€.
Aujourd’hui, je n’ai jamais eu autant de courage. De persévérance. De foi en moi. D’ambitions. De vision. De sérénité.
Aujourd’hui je n’ai plus rien à perdre. J’ai déjà tout perdu. Je ne peux plus faire marche arrière. Je n’ai pas de bouée de secours. J’ai brulé tous mes bateaux.

Je n’ai qu’une seule solution: avancer rapidement. Continuer à avancer. Plus rapidement que la vie.

J’ai été rencontrer la fille qui m’a pris ma maison. Qui m’a pris mon argent. J’ai été la voir. Et je peux vous assurer qu’elle a été surprise de me voir.
Elle a même demandé à quelques personnes de rester autour de nous. Elle avait sans doute peur. Peur de ce que je pouvais lui faire. Car elle mériterait des choses horribles.

Je l’ai regardé droit dans les yeux. Je lui ai dit que je lui pardonne. Et que je lui remercie pour ce qu’elle m’a fait.
Sans elle, ma vie se serait pas ce qu’elle serait. Je ne serai sans doute pas en Thailande. Je serai encore sans doute à travailler 365 par an. 16 heures par jour.

Je n’aurai pas eu cette expérience du voyage. Cette ouverture d’esprit. Sans elle, je n’aurai pas eu ma fille.
Sans elle, je n’aurai pas rencontré Gob.
Sans elle, je ne sais pas ce que ma vie aurait été. Et je peux vous assurer que j’adore la vie que j’ai aujourd’hui.

J’ai été voir mes amis.
Un d’entre eux est hypocrite avec moi. Et ne m’adresse plus la parole. Ne répond pas à mes messages. J’ai tiré une croix sur lui. Et c’est bien mieux comme ça.
Je ne suis pas un animal. Et je mérite plus de respect que du silence et/ou de l’hypocrisie.

L’autre, a passé l’éponge. Enfin c’est ce qu’il me dit. Mais je sens qu’il y a encore un malaise. Je continue de tester. Mais je remarque que plus ça va, plus il s’éloigne. C’est sans doute mieux comme ça. Je n’aime pas les hypocrites.

Comme dit Gandhi: « Le faible ne peut pardonner. Pardonner appartient aux forts. »

Ne plus avoir de meilleurs amis ne me dérange pas. J’ai toujours été un loup solitaire. Et pour tout vous dire, la meilleure compagnie que je peux avoir, c’est la mienne.

J’ai été confronter Jay. Il est toujours en Australie. C’est une confrontation téléphonique qui a eu lieu.
Je lui ai dit que je lui pardonne pour ce qu’il m’a fait. Et je le pense.
C’est normal d’être attiré par l’argent. J’en connais plus d’un qui ferait comme lui.
Personnellement je juge que l’argent ne peut être obtenu qu’en l’échangeant contre la valeur. Et c’est comme ça que je gère ma vie. En apportant un maximum de valeur dans la vie des autres.

J’ai remercié Jay de ce qu’il m’a fait. De me laisser sans rien. Une nouvelle fois.

Car c’est dans les pires situations qu’on trouve les meilleures solutions.

Aujourd’hui, je n’ai plus rien.
Aujourd’hui, je n’ai plus d’amis.
Aujourd’hui, je n’ai plus d’argent.
Aujourd’hui, il me reste du courage. De la persévérance. De la foi. Des ambitions. Une vision claire de ce que je veux. De la sérénité.
Aujourd’hui, il me reste mes connaissances et mon expérience. Et ça, personne ne peut me le prendre. Personne ne pourra me les voler.

Quiconque me dit que pour réussir il faut être né avec les bonnes capacités, n’a rien compris à la vie. Et ne réussira jamais.
Quiconque me dit qu’on ne peut PAS réussir en partant de rien, ne réussira jamais.
Quiconque me dit que pour devenir riche, il faut être prédisposé à ça et avoir une famille riche…, ne sera jamais riche.
Quiconque n’a pas compris que les plus grands succès suivent les plus grands échecs, n’aura jamais de succès.
Quiconque préfère s’apitoyer sur son sort, plutôt que de se relever, ne réussira jamais.

Je ne suis pas un sur-homme. Je suis encore cette personne timide. Un peu introvertie. D’ailleurs, je ne brille jamais dans les conversations. Je suis toujours à l’écoute.

Plutôt que de m’apitoyer sur mon sort et de ne pas avancer, j’ai choisi une autre option.
J’ai appris à developper cette capacité: toujours me relever après un échec. Même si j’ai pris une grande claque dans la gueule. Toujours me relever. Et repartir avec encore plus d’énergie.

Et si je me prend encore une claque? Je me relèverai encore. Et toujours.
Jusqu’à quand? Jusqu’à ce que j’atteigne le but que je me suis fixé.

Et quand je l’aurai atteint? Je fixerai un but encore plus ambitieux. Et je rencontrerai de nouveaux échecs. Et je me relèverai encore plus fort. Et je ne me laisserai JAMAIS abattre.

Ce n’est pas à la vie de décider pour moi. JE décide de ce que la vie m’apporte.

« Je suis le maitre de mon destin.
Je suis le capitaine de mon âme. »
Napoleon Hill

Aujourd’hui, malgré que je n’ai plus rien, je n’ai jamais été aussi proche d’atteindre mon but. Personne, ni quoi que ce soit ne m’empêchera de générer 1 000 000€ en 2017.